Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Sculpteur

LAMBEAUX Jef

Informations :

  • Prénom: Jef (Joseph-Marie-Thomas, dit)
  • Nationalité: belge
  • Activité: Sculpteur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né le 14 janvier 1852 à Anvers et décédé le 5 juin 1908 à Bruxelles.

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
LAMBEAUX Jef
Fiche créée ou mise à jour par : le 13 janvier 2018

Description:

En 1883, Jef Lambeaux est un des membres fondateurs du groupe bruxellois d’avant-garde Les Vingt.
Il est cité comme membre de la franc-maçonnerie. Son atelier était situé à Saint-Gilles (Bruxelles).

Œuvres
Il a notamment réalisé Le Faune mordu montré lors des expositions universelles de Bruxelles (1897) et Paris (1900) mais qui fut le centre d’une polémique sur les nus à l’Exposition universelle de 1905 à Liège où cette œuvre fut recouverte d’un voile.
Une autre œuvre majeure : Les Passions humaines (1886), un bas-relief de marbre qui a été intégré dans le pavillon de Victor Horta du Parc du Cinquantenaire, pour laquelle il a reçu une médaille d’honneur lors de l’Exposition universelle de 1900 à Paris. Il a été nommé membre de l’Académie royale de Belgique en 1903. Depuis 1899, le relief des Passions a fait l’objet d’éloges et de critiques.

Élèves
•    Georges Van der Straeten
•    Jean Gaspar
Il animait régulièrement un groupe d’artistes composé de jeunes peintres et sculpteurs à Saint-Gilles (Bruxelles).

Article dans La Libre, 29-08-2008 : “On a failli oublier les cent ans de sa mort! Pourtant, Jef Lambeaux (1852-1908) fut un très grand sculpteur et une personnalité très romanesque. Il reçut de son vivant vingt commandes monumentales pour l’espace public: la statue de Brabo à Anvers, le Pavillon des passions humaines au Cinquantenaire dans un bâtiment d’Horta, deux sculptures au Sablon, etc. Sa notoriété était égale au “scandale” qu’il diffusait avec plaisir. Ses sculptures néo-baroques, pleines de sensualité et de chair, dans la veine de Rubens et Jordaens, lui ont valu les attaques des bien-pensants et du milieu catholique. Le sort réservé aux phénoménales “passions humaines”, notre Taj Mahal, est resté célèbre. C’était une commande publique et l’État, fier du résultat, en fit un double en plâtre exposé dans nombre d’expos universelles (ce double est au musée des Beaux-Arts de Gand qui annonce une expo Jef Lambeaux en 2010).
Mais ces passions trop érotiques ne plurent pas aux “culs serrés”. Jean Delville traita Lambeaux de “Michel-Ange du ruisseau” et explique qu’il eut “un haut-le-cœur devant un groupe aussi colossal que nauséatif de grasses hétaïres de ruelles”. On connaît la suite. Le pavillon fut fermé jusqu’il y a peu. Le plus piquant fut quand le roi Baudouin offrit un bout du parc du Cinquantenaire pour y bâtir une mosquée et que les religieux y découvrirent avec horreur la saine sensualité de ces bacchantes.
Jef Lambeaux eut d’autres déboires. “La Nymphe du Bocq”, qui trône aujourd’hui devant l’Hôtel de Ville de Saint-Gilles, resta dans ses caves jusqu’en 1976 à cause de “bons esprits” du XIXe siècle qui la jugeaient trop indécente. Scandale à nouveau pour le “Faune mordu” du parc de la Boverie à Liège, renvoyé d’abord par le vicaire Schoolmeesters qui jugeait scandaleux ce couple nu et enlacé se mordant. On renvoya l’œuvre qui se cassa en chemin. L’État en fit faire néanmoins un autre exemplaire.
La trentaine de bronzes et plâtres exposés à l’Hôtel de Ville de Saint-Gilles rend compte de l’éclectisme et de la puissance de Jef Lambeaux. Inspiré par Rodin, il annonce Maillol, Rik Wouters et Bourdelle. Baroque et romantique, il est déjà expressionniste. Il aime aussi se sculpter en artiste maudit, ce qu’il n’était pas.

Jef Lambeaux, né d’un père wallon et d’une mère flamande (il écrivait phonétiquement dans les deux langues!), était très belge par son sens du mélange et du métissage des influences pour recréer un monde à la Thyl Ulenspiegel et aux joies dionysiaques. Jef Lambeaux connut la gloire, attisa la polémique, eut l’intelligence de vendre aussi ses œuvres en taille réduite pour la bourgeoise. Il était bien belge, presque surréaliste, déjà un peu Delvoye ou Fabre. Saint-Gilles lui avait promis un musée s’il laissait suffisamment d’œuvres. Mais celles-ci avaient disparu chez un voisin et furent détruites par un bombardement durant la guerre 40-45. L’Hôtel de Ville conserva cependant des plâtres et des bronzes dans ses caves. Des passionnés, menés par Philippe Leclercq, se battent pour qu’on crée un musée Lambeaux. Ils fêtent l’artiste en organisant à la Maison du Peuple, au parvis de Saint-Gilles, “Amusez Lambeaux” (jeu de mots sur l’amusement et l’absence de musée, “a-musée”). Trente-trois artistes y exposent des œuvres créées pour cet anniversaire, d’Angel Vergara à Nathalie Gassel. Pointons en deux, dans l’esprit “sulfureux” de Lambeaux. Jacques Lennep propose “la Carpette Jef Lambeaux”, composée comme un jeu de l’oie. Une crotte suggère un pion. Y sont mentionnés des titres de sculptures que l’amour inspira au sculpteur et qui firent scandale. Pour Jacques Charlier, “le vrai scandale est ailleurs! Qui donc s’offusquerait aujourd’hui d’un faune pinçant le téton d’une nymphe? Montrons une image scandaleuse d’aujourd’hui, une photographie forcément médiatique! Pourquoi pas Jacques Charlier en terroriste nationaliste (belge!), cagoulé et menaçant? “Jef Lambeaux, l’amant de la matière” à l’Hôtel de Ville de Saint-Gilles Exposition 2008 21-12, et “Amusez Lambeaux” à la Maison du Peuple au parvis Saint-Gilles.” Guy Duplat.

Complément

Œuvres dans l’espace public :

- Le Baiser 1881 - Musée royal des Beaux-Arts - Anvers

-Fontaine Silvius Brabo - 1887 - Anvers

-Buste du général Albert Goblet d'Alviella 1887 - Court-Saint-Étienne

-Le Dénicheur d'aigle vers 1890, Musée royal d'art ancien à Bruxelles

-Prométhée enchaîné 1896 - jardin zoologique - Anvers

-Le Faune mordu 1897 exposition universelle de Bruxelles

-Hommage à Darwin 1898 - jardin zoologique - Anvers

-La Folle chanson 1898 - Bruxelles

-Le Faune mordu 1900 - exposition universelle de Paris

-La Déesse du Bocq - 1900 - Hôtel de ville de Saint-Gilles

-La Source - 1901 - parc de Mariemont - Morlanwelz

-Le triomphe de la Femme - 1901 - parc de Mariemont - Morlanwelz

-L'Abondance - 1902 - parc de Mariemont - Morlanwelz

-Le Faune mordu - 1903 - exposition de Liège

-Monument aux combattants- 1830 - 1905 - Tirlemont

-Dénicheur d'aigle - 1925 Parc du Château - Enghien

-Galilée marbre blanc - jardins de l'École provinciale d'horticulture de La Hulpe

-Pavillon des Passions humaines, 1899, est l’une des premières constructions de Victor Horta, construit spécialement en 1899 dans un style classique pour abriter le haut-relief monumental de Jef Lambeaux Les Passions humaines, qui évoque les plaisirs et malheurs de l’humanité. Trois jours après l’ouverture, l’œuvre, osée pour l’époque, qui représente des corps enlacés, provoque un véritable scandale moral. Le pavillon ouvert derrière les colonnes de façade est muré et fermé par une porte de métal

Aujourd'hui ouvert à certaines dates, il fait partie des Musées royaux d'art et d'histoire.

Sources et liens externes

BENEZIT E. Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs. Nouvelle édition. Librairie Gründ, 1976. 10 volumes, Tome6 p399.

PIRON Paul. Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles. Editions Art in Belgium, Ohain-Lasne, 2003, 2 volumes, Tome2 p16.

VAN LENNEP Jacques (conception et coordination). La sculpture belge au 19ème siècle, exposition organisée par la Générale de banque, 5 octobre - 15 décembre 1990, Bruxelles 1990, 2 volumes, T2 p477-483.

DE KEYSER Eugénie. La sculpture contemporaine en Belgique. Belgique, art du temps. Laconti s.a., 1972,260p. pp.11,18,234.

Françoise Knops-Mortier, « Lambeaux (Joseph-Marie-Thomas, dit Jef) », dans Biographie nationale, t. 44, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 1985

Jef Lambeaux, le sulfureux - La Libre 29-08-2008
http://www.lalibre.be/culture/arts/jef-lambeaux-le-sulfureux-51b8a2bbe4b0de6db9b48e9e

Numéro d'identification de la fiche : 5475a4b43c77c228

548 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Sculpteur

PAULUS Eugène

Fils du sculpteur Sylvain Paulus et frère du peintre Pierre Paulus, Eugène était sculpteur et céramiste.  Il décora notamment de la faïence de Bouffioulx. Da...

6 novembre 2019

182 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

HUBIN Désiré

Sculpteur et ornemaniste Désiré Hubin (1861-1944). Fils de plafonneur (il le devint aussi), il fut formé à l’Académie des Beaux-Arts de Namur, où il fut l’élève...

21 octobre 2019

50 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

LORRAIN Jenny

Jenny Lorrain est une femme sculpteur, médailleur, violoniste et poétesse belge. Elle est la deuxième fille d'une fratrie qui en compte cinq. Elle est la fil...

8 octobre 2019

81 vues au total, 0 vues aujourd'hui