Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Sculpteur

PETIT Georges

Informations :

  • Prénom: Georges
  • Nationalité: belge
  • Activité: Sculpteur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né le 14 mars 1879 à Lille, et mort le 28 décembre 1958 à Ampsin (commune d'Amay, province de Liège)

Envoyer cette fiche par Email

PETIT Georges
Fiche créée ou mise à jour par : le 1 août 2021

Description:

Né à Lille, de parents liégeois, Georges Petit grandit à Liège où il reçoit une formation artistique à l’Académie des Beaux-Arts. Élève de Prosper Drion, Jean Herman et Frans Vermeylen, il deviendra plus tard professeur de cette même Académie. Liège est son port d’attache, ce qui ne l’empêche pas de travailler au Petit-Palais à Paris, ainsi qu’à l’Hôtel de ville et à l’université de Louvain, dans l’atelier de Frans Vermeylen, et de se rendre à Rome grâce à une bourse de la Fondation Darchis (1906-1908).

D’abord attiré par les portraits, le symbole et les types populaires, Georges Petit a livré plusieurs bustes de grande facture (François Maréchal, Xavier Neujean, Henri Simon, etc.), tout en s’intéressant à la condition humaine (Vieux Batelier, Hiercheuses, etc.). Ami d’Auguste Donnay, proche des milieux régionalistes wallons, il signe plusieurs monuments, plaques et médaillons honorant des artistes wallons (Édouard Remouchamps, Marcellin Lagarde, Auguste Donnay, Camille Lemonnier, etc.).

Georges Petit a occupé la scène artistique liégeoise depuis 1901, date de ses premières œuvres, jusqu’à la guerre de 1940. Cette position, il la devait aux commandes officielles qui lui sont tôt venues d’institutions et d’organismes publics ; mais Georges Petit l’a surtout acquise grâce à une maîtrise précoce de son art, à une sensibilité sans cesse en éveil, à une vertu de méditation qui transformait l’anecdote ou le quotidien en symbole universel.

Marqué par la Grande Guerre, l’artiste y puise une force qui se retrouve dans ses réalisations des années 1917 à 1927, période où il réalise notamment la Tradition commandée par le Musée de la Vie wallonne (1918), ou la médaille commémorant la remise par la France de la Croix de la Légion d’honneur à la ville de Liège (1919). Mais le drame des événements se lit dans sa Cassandre, ainsi que dans La Guerre, la Marne, Verdun ou La Victoire. Bien sûr, il sera maintes fois sollicité pour dresser un monument d’hommage aux victimes de la Grande Guerre ; sa plus grande réussite est incontestablement l’imposant Monument de la défense du fort de Loncin.

Par la suite, comme épuisé par tant de souffrances, le sculpteur choisit la peinture de chevalet et devient plus léger, sans tomber dans la facilité. Les visages humains tendent à disparaître et tant les paysages que les traditions wallonnes l’inspirent : en peinture, voire dans les quelques sculptures qu’il exécute encore, mais aussi dans ses médailles qui sont très nombreuses et d’excellente facture. Dans un espace réduit, par définition, le médailleur Georges Petit excellait à l’expression synthétique de son inspiration. Parmi sa nombreuse production, trois médailles émergent : Liège résiste aux barbares. 1914, La Belgique répare les désastres de la guerre, La France honore Liège.

Georges Petit a toujours été profondément attaché au terroir wallon. Pour preuve, la médaille Le Coq wallon, le Mémorial Édouard Remouchamps qui orne la maison natale de l’auteur wallon rue du Palais à Liège. Dans le registre épique et lyrique: Liège résiste aux barbares, la Belgique répare les désastres de la guerre, la France honore Liège, L’étreinte fraternelle de la France et de Liège devant le Perron de l’hôtel de ville a la fougue et la grâce des effusions des cœurs les plus aimants!

Il est inhumé à Tihange.

Complément

Œuvres dans l'esapce public:

• 1912 : Mémorial Édouard Remouchamps, 44, rue du Palais, Liège

• 1921 : Mémorial de l'Athénée royal de Liège à ses élèves et anciens élèves morts pour la Patrie, Liège

• 1930 : Trois panneaux en bronze placées sur la fontaine de la Tradition, place du Marché, Liège

Stèle à la mémoire de Louis Boumal, parc de la Boverie, Liège

Monument de la Défense du fort de Loncin, fort de Loncin

Médaillon sur la tombe de Ferdinand Eymael, neveu de Adolphe Eymael, cimetière de Robermont, Liège

Buste d’Auguste Donnay, Parc de la Boverie, Liège

Sources et liens externes

https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Petit_(sculpteur)

http://connaitrelawallonie.wallonie.be/fr/wallons-marquants/dictionnaire/petit-georges#.YPKnnEA6-Uk

PIRON Paul.  Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles. Editions Art in Belgium, Ohain-Lasne, 2003, 2 volumes, Tome2, p282

ENGELEN Cor et MARX Mieke.  Beeldhouwkunst in België vanaf 1830, Algemeen Rijksarchief, Studia 90, Bruxelles, 2002, 3 volumes, Tome 2, pp1264-1270

Numéro d'identification de la fiche : 86860f2a56e8f8a7

62 vues au total, 2 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Sculpteur

DUQUESNOY l’Ancien Jérôme

Hieronymus ou Jérôme Duquesnoy l'Ancien (1570 ? - 1641 ?) est un sculpteur brabançon. Suite à l'iconoclasme de 1566, il fait essentiellement du mobilier d'ég...

9 septembre 2021

36 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

NEUJEAN Nat

Abraham Nathan Neuman, dit Nathanaël ou Nat Neujean est un sculpteur belge. Très jeune, il s’initie à la sculpture et fréquente l’Académie des Beaux-Arts d’A...

9 août 2021

50 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

VAN GEEL Jean-Louis

Jean-Louis Van Geel est communément désigné sous le nom de Louis Van Geel. Son père, Jean-François Van Geel (1756-1830), enseigne le dessin à l’Académie de Mali...

7 août 2021

106 vues au total, 0 vues aujourd'hui