Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

architecte

COURTENS Antoine

Informations :

  • Prénom: Antoine
  • Nationalité: belge
  • Activité: Architecte
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né à Saint-Josse-ten-Noode le 13 mars 1899 et mort à Bruxelles le 21 juin 1969.

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
COURTENS Antoine
Fiche créée ou mise à jour par : le 24 juin 2020

Description:

Antoine Courtens est le plus jeune fils du peintre Frans Courtens. Diplômé architecte en 1924 suite à des études à l’Institut national des Beaux-Arts d’Anvers, Antoine Courtens bénéficiait d’un solide capital culturel et social.

Élève de l’architecte Baron Victor Horta à l’Institut supérieur des Beaux-Arts d’Anvers – 1918 à 1924.

Lauréat du Prix Léonard Blomme en 1923, Prix Godecharle avec « félicitations du jury » en 1925 et lauréat du grand concours d’architecture de Rome en 1925.

Il devient stagiaire dans la maison de décoration Mercier Frères à Paris, puis chez Tony Garnier à Lyon, disciple de Frank Lloyd Wright, voyage en Italie, Sicile et la Grèce (2 années).

Ses premières commandes d’importance, il les reçut de Robert Haerens (1888-1952), un des importants administrateurs du groupe Empain, pour qui travaillait par ailleurs son frère ingénieur.

Si les avant-projets de villas de Courtens sont souvent dans la lignée du modernisme (toiture plate, auvents saillants, formes arrondies, pergolas…), lors de la réalisation et sous la pression des commanditaires, les projets évoluent vers des esthétiques plus traditionnelles. La maison de Joseph Moulait, avenue H. Limbourg à Anderlecht (1928) ou celle du docteur Spies, avenue Nestor Plissart à Woluwe-Saint-Pierre (1932) illustrent sa maîtrise du style moderniste lorsque les clients lui laissent toute liberté. Décorateur-né, Courtens propose aussi à ses clients de réaliser l’aménagement intérieur des habitations qu’il leur construit. Il en dessine le mobilier, réalisé dans un atelier gantois, et les ferronneries, exécutées par l’atelier Waroquet de Braine-l’Alleud dont il devient le directeur artistique.

En février 1936, Courtens accepta de travailler en exclusivité pour le groupe Empain, le temps nécessaire à la réalisation du domaine de L’Estérel, alternant six mois au Canada, six mois en Belgique, jusqu’en janvier 1939. Dans le cadre de ce contrat, pour être en règle avec la Loi des architectes, il travailla avec Louis Nicolas, un professionnel d’origine belge inscrit à l’Association des architectes de la province de Québec. Au Québec, Courtens se montra plus radical que dans son pays natal où ses réalisations sont plus décoratives et d’une matérialité plus luxueuse.

En Belgique, il est reconnu comme un maître de l’art déco et à ce titre plusieurs de ses réalisations sont classées monuments historiques par la Région de Bruxelles-Capitale.

Complément

Quelques réalisations

- Hôtel Haerens, avenue Brugmann 384, Bruxelles, 1928-1931

- Palais de la Folle Chanson, boulevard Général Jacques 2, Ixelles (Bruxelles), 1928

- Villa, Gistelse Steenweg 712 Bruges, 1929

- Monument à Jacques de Dixmude, Dixmude,1930

- Siège d'Électrorail, rue de l'Association 57-59-61, Bruxelles, 1930-1931

- L'hôtel de la Pointe-Bleue, les centres communautaire et sportif et quelques autres bâtiments de style Art déco du Centre commercial du Domaine-de-l'Estérel qu'a développé le baron Louis Empain à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, au Québec, entre 1936 et le début de la Seconde Guerre mondiale

- Arcades De Drie Gapers et le monument équestre du Roi Leopold II, Digue de mer, Ostende, 1931

- Maison particulière, avenue des Scarabées 11, Bruxelles, 1932

- Façade de l'église du Gesù, Saint-Josse-ten-Noode, 1939

- Home Pro Juventute Air et Soleil, Strandjutterslaan 10, Coxyde, 1939

- Bâtiment de l'École hôtelière du CERIA, avenue Émile Gryson 1, 1948, en collaboration avec Michel Polak et ses fils André et Jean Polak

- Maison communale de Vlezembeek, 1952

- Couvent et Chapelle, Notre-Dame-de-la-Justice, avenue Pré au Bois, Rhode-Saint-Genèse, 1960.

Sources et liens externes

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Courtens

https://docomomoquebec.ca/personnalites-momo/17-c/61-antoine-courtens-bruxelles-belgique-1899-1969.html

https://inventaris.onroerenderfgoed.be/personen/912

http://users.openface.ca/~durocher/courtens/

http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=26506&type=pge#.XbxUh69CfIU

https://e-monumen.net/patrimoine-monumental/courtens-antoine/

PIRLOT Anne-Marie, Notice Antoine Courtens , Nouvelle Biographie nationale, vol.7, Académie royale de Belgique, Bruxelles, 2003 , pp.62-64.

NORMAN Anne , L’Hôtel Haerens et le Palais de la Folle Chanson, Nouvelles du Patrimoine 158, Bruxelles juin 2018, pp.25-28.

Numéro d'identification de la fiche : 5275dbd39da3812f

164 vues au total, 3 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

architecte

JANLET Emile

Émile Janlet est le fils de Félix Janlet, le « plafonneur architecte » avec qui il travaille jusqu'à la mort de ce dernier, en 1866. Il avait épousé à Bruxel...

30 mai 2020

148 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

architecte

BEYAERT Henri

Henri Beyaert se découvre une vocation pour l’architecture à l’âge de 19 ans, alors qu’il est employé de banque dans sa ville natale de Courtrai. Il abandonne a...

13 mai 2020

167 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Architecte

CLUYSENAAR Jean-Pierre

Figure de proue de l’éclectisme, Jean-Pierre Cluysenaar s’est inspiré de tous les styles architecturaux. Sans en faire un jeu formel, il choisit toujours le sty...

8 mai 2020

176 vues au total, 3 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer