Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Les Aveugles – Tournai

Informations :

  • Sculpteur 1: CHARLIER Guillaume
  • Adresse ou lieu-dit: angle rues des Chapeliers et Soil de Moriamé
  • Code postal (en Belgique): 7500
  • Localité: Tournai
  • Région: Région wallonne
  • Province: Hainaut
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.60602180010842
  • Longitude: 3.3896309137344365
  • Matériau: Bronze
  • Type d'oeuvre: Statues décoratives
  • Morphologie: groupe
  • Année: 1906
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Carte postale coll.La Fonderie, Photos Micheline Casier (Janvier 2020)

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Les Aveugles – Tournai
Les Aveugles - Tournai - Image1Les Aveugles - Tournai - Image2Les Aveugles - Tournai - Image3Les Aveugles - Tournai - Image4Les Aveugles - Tournai - Image5Les Aveugles - Tournai - Image6Les Aveugles - Tournai - Image7Les Aveugles - Tournai - Image8Les Aveugles - Tournai - Image9Les Aveugles - Tournai - Image10Les Aveugles - Tournai - Image11Les Aveugles - Tournai - Image12Les Aveugles - Tournai - Image13Les Aveugles - Tournai - Image14Les Aveugles - Tournai - Image15Les Aveugles - Tournai - Image16
Fiche créée ou mise à jour par : le 25 février 2020

Description:

Groupe de quatre aveugles guidés par un enfant, oeuvre en bronze de Guillaume Charlier.

Enlevé pendant les travaux entrepris à la cathédrale, le Groupe des Aveugles a été réinstallé après sa restauration à l’angle de la rue des Chapeliers et Rue Soil de Moriamé en juillet 2019. Le groupe avait déjà été déplacé plusieurs fois auparavant.

Inscriptions

Guill.Charlier 1906

Pas de signature visible de fondeur.

Description de l'objet

Le groupe comprend cinq personnages, plus grands que nature. Devant marche un garçonnet montrant de profil une tête sérieuse et réfléchie, mais singulièrement vive. Pour tout vêtement, il a une tunique usée serrée à la taille. Le pied gauche porte en avant, le bras droit pend le long du corps, tandis que la main du bras gauche, repliée à hauteur de la poitrine, serre la main droite ouverte d'un vieillard posée sur son épaule...
Ce premier homme, de solide structure, avance d'un pas mal assuré et pesant, la main gauche posée sur un bâton noueux. Le corps entier est drapé dans une étoffe lourde et souple à la fois, dont les longs plis retombent jusqu'aux genoux. Cette étoffe encadre aussi le masque, glabre et osseux, aux pommettes saillantes. Les paupières sont baissées, mais les yeux s'infléchissent vers le ciel pour le contempler d'un regard intérieur.
Derrière ce malheureux vient un vieillard, appuyé, lui aussi sur un bâton; le front est déprimé, la poitrine et l'épaule gauche osseuse nues ; la draperie largement traitée découvre à travers les déchirures les genoux tremblants. Le visage reflète une songerie amère et mystérieuse; une barbe broussailleuse, inculte, cache le bas de ce masque où l'ombre des fortes arcades sourcilières plonge dans les ténèbres éternelles les profondes orbites où rien ne brille...
À la droite de ce misérable, le précédant un peu, est un autre vieillard qui porte plus haut la tête où des orbites plus caverneuses mettent comme deux blessures dans le visage ascétique et décharné. Une barbe abondante est ramenée vers l'épaule gauche, les narines aspirent ardemment l'air et l'espace. Lui aussi est recouvert d'un restant de burnous qui laisse l'épaule droite dénudée ; il saisit de la main gauche le bord du manteau de l'enfant qui le guide.
Derrière ce vieillard est une quatrième figure d'homme, jeune encore, mais dont le masque forme une douloureuse antithèse avec les autres. Les yeux ternes montrent des prunelles éteintes, mais fixées obstinément sur le lointain ensoleillé. Sous le nez camard et la lèvre rasée est une bouche mince dans l'échancrure de laquelle on voit l'ironique splendeur d'une denture régulière. Encapuchonnée par la toile du vêtement, la tête semble plus vivante, plus triste à l'ombre des plis qui accusent le contour du maigre visage. Son manteau délabré et déchiré penche, dans le dos, à gauche, dessine d'amples cassures et s'accorde harmonieusement, fait masse avec la robe du mendiant voisin. »
[extraits de Pierron, Sander "Guillaume Charlier", Ed.G. Van Oest, 1913, Bruxelles]

Historique

Voyageant au Maroc, Guillaume Charlier avait été témoin, à Tanger, d'une scène émouvante. Parmi les groupes de mendiants, il avait aperçu quatre Arabes aveugles qui, les uns appuyés aux autres, suivaient docilement un jeune garçon haillonneux.
Le statuaire s'était empressé de prendre de ce troublant spectacle des croquis rapides dont il pourrait s'inspirer plus tard.

Pierron, Sander (1872-1945) "Guillaume Charlier", Ed.G. Van Oest, 1913, Bruxelles

Référence source

Recherche sur le terrain 2020.

Numéro d'identification de la fiche : 7735e539fdf0178e

    

438 vues au total, 2 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Tombe Stiers-Lacroix – Cimetière de Bruxelles – Evere

Monument funéraire de la famille Stiers-Lacroix ; la statue est due à Eugène Canneel.

23 août 2020

54 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Monument au roi Léopold II – ensemble – Oostende (Ostende)

Le mémorial s’organise autour d’un socle monumental en pierre bleue ornée d’une couronne royale et de l’inscription "Ostende à son génial protecteur LÉOPOLD II"...

17 août 2020

75 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Monumen

Monument à Léopold II – Allégorie de la Belgique – Oostende (Ostende)...

En avant du piédestal, une jeune femme brandit un flambeau. Statue due au sculpteur Alfred Courtens. Elle fait partie d’un ensemble érigé au centre d'une imposa...

16 août 2020

80 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer