Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Sculpteur

WOUTERS Rik

Informations :

  • Prénom: Rik
  • Nationalité: belge
  • Activité: Sculpteur
  • Date et lieu de naissance et de décès: Né à Malines le 21 août 1882 et décédé à Amsterdam le 11 juillet 1916.

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
WOUTERS Rik
Fiche créée ou mise à jour par : le 21 mars 2018

Description:

Fils d’un sculpteur-décorateur de meubles, Rik Wouters commence à travailler en 1894 dans l’atelier de son père, où il s’exerce à la sculpture sur bois. Il suit ensuite les cours de l’Académie de Malines à partir de 1897, puis de l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles à partir de 1900, notamment le cours de « sculpture d’après nature » donné par Charles Van der Stappen.

Il s’y lie d’amitié avec Fernand Verhaegen, inscrit la même année que lui, et avec Edgard Tytgat.

En 1905, il rencontre Nel, la jeune femme modèle pour différents artistes, qui devient sa femme et la muse qu’il ne cessera jamais de représenter. Sans revenus, le couple est bientôt contraint d’aller vivre chez le père de Rik, à Malines. À la suite de tensions avec ce dernier, ils reviennent à Bruxelles, d’abord dans un logement misérable de Saint-Josse-ten-Noode, ensuite à Watermael-Boitsfort, où pour soigner la tuberculose de Nel, ils s’installent en 1907, rue de la Sapinière, en bordure de la forêt de Soignes, qui deviendra le sujet de bon nombre de toiles de Wouters.

Il obtient un prix au concours Godecharle en 1907 avec sa sculpture Rêverie.

Au début de sa carrière, Rik Wouters, fasciné par l’œuvre de James Ensor, peint au couteau des natures mortes et des intérieurs avec figures où règne la même lumière que dans les tableaux du maître. Il dessine énormément à l’aquarelle, au fusain, des études de nus, des portraits, fait plusieurs essais de peinture et des études de lumière en utilisant des couleurs claires appliquées sur du carton, les toiles étant trop chères.

Isolé, il cherche sa propre voie. Il réalise un buste en plâtre de son ami Edgard Tytgat qui ne sera coulé en bronze que bien plus tard.

Dès 1908, sa réputation de sculpteur est établie, il est invité à participer à plusieurs salons et reçoit une subvention officielle de 500 Francs belges. En 1910, il sculpte La Vierge Folle, qui est inspirée par la danseuse Isadora Duncan.

En peinture, il découvre en 1911 l’œuvre de Paul Cézanne au travers de reproductions en noir et blanc. Il change de technique abandonnant le couteau pour la brosse. Ce n’est que l’année suivante qu’il peut se rendre à Paris et y découvrir enfin l’œuvre des impressionnistes. Il admire beaucoup les toiles de Cézanne et de Vincent van Gogh, ses couleurs se font plus chatoyantes. Son œuvre sera qualifiée de « fauvisme brabançon », lorsque cette appellation sera inventée par Fierens en novembre 1941.

Il signe un contrat avec la galerie Georges Giroux qui lui fournit une rente mensuelle en échange de la moitié du produit de la vente de ses œuvres, ce qui lui procure enfin une certaine sécurité matérielle. Rik Wouters entre alors dans une période de très grande production, peignant une soixantaine de toiles en 1912, année où il expose avec Ramah (Henri Ramaeker), Ferdinand Schirren et Pierre Bonnard, membre du groupe des nabis). L’exposition qui se tient à la galerie en 1914 lui apporte la consécration.

Cette même année, la Première Guerre mondiale éclate. Il peint avec Alexandre Struys, autre peintre malinois, les premières scènes de la guerre. Mais, mobilisé, il se retrouve interné dans un camp aux Pays-Bas. Il souffre alors des premiers symptômes du cancer qui l’emportera et est hospitalisé. Il s’installe à Amsterdam en 1915 avec Nel venue le rejoindre et continue à peindre malgré la douleur. Il perd un œil à la suite d’une opération. Il réalise encore une exposition en février 1916 et meurt quelques mois plus tard, le 11 juillet 1916.

Une grande partie de son œuvre peinte s’articule autour de la représentation de sa femme dans ses multiples activités ménagères. Comme sculpteur, il développe dans l’espace des volumes simples, amples et harmonieux, il se révèle un grand amoureux de la lumière.

On connaît aussi les autoportraits de Rik Wouters. On est moins au courant de ceux peints par ses amis artistes. Ainsi le Musée des Beaux-Arts de Bruxelles possède une toile de Fernand Verhaegen, datée de 1910 et portant le titre Rik Wouters et son modèle. Il existe plusieurs autres tableaux peints par Fernand Verhaegen et représentant Wouters, son épouse et leur chienne Stella. Edgard Tytgat avait, lui, croqué ses deux amis Wouters et Fernand, accompagnés de leurs épouses, dans un dessin à l’encre de Chine datant de 1907 et intitulé La Ligue des peintres wallons, Doe stil voort.

Complément

Quelques œuvres dans les collections publiques

On trouve des œuvres de Rik Wouters en Belgique, dans les musées d'Anvers, Bruges, Bruxelles, Gand, Ixelles, Liège mais aussi à l'étranger, notamment :

- La Vierge folle (1912), musée en plein air du Sart-Tilman (château de Colonster, Université de Liège), musée d'Ixelles, Place Van Meenen à Saint-Gilles, musée de sculpture en plein air de Middelheim (Anvers), musée des Beaux-Arts de Lyon.

- Rêverie, Musée Royal des Beaux-Arts, à Anvers.

- Le Flûtiste (1914), Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

- La Dame au collier jaunew/em> (1912), Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

- Nature morte au lièvre écorché, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

- Le Buste à mi-corps de James Ensor (1913), Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

- Madame Moreau-Wouters, Palais des Beaux-Arts, Lille

Sources et liens externes

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rik_Wouters

http://www.koregos.org/fr/francisca-vandepitte-sculpture-impressionniste-rik-wouters/

https://www.fine-arts-museum.be/fr/la-collection/rik-wouters-les-soucis-domestiques

BENEZIT E. Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs. Nouvelle édition. Librairie Gründ, 1976. 10 volumes, Tome 10 p799-800.

PIRON Paul. Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles. Editions Art in Belgium, Ohain-Lasne, 2003, 2 volumes, Tome2 p8010.

VAN LENNEP Jacques (conception et coordination). La sculpture belge au 19ème siècle, exposition organisée par la Générale de banque, 5 octobre - 15 décembre 1990, Bruxelles 1990, 2 volumes, T2 p619-624.

DE KEYSER Eugénie. La sculpture contemporaine en Belgique. Belgique, art du temps. Laconti s.a., 1972,260p. - pp 29-30,27-38,251.

Numéro d'identification de la fiche : 2675aad21183d460

513 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Sculpteur

PAULUS Eugène

Fils du sculpteur Sylvain Paulus et frère du peintre Pierre Paulus, Eugène était sculpteur et céramiste.  Il décora notamment de la faïence de Bouffioulx. Da...

6 novembre 2019

188 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

HUBIN Désiré

Sculpteur et ornemaniste Désiré Hubin (1861-1944). Fils de plafonneur (il le devint aussi), il fut formé à l’Académie des Beaux-Arts de Namur, où il fut l’élève...

21 octobre 2019

54 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Sculpteur

LORRAIN Jenny

Jenny Lorrain est une femme sculpteur, médailleur, violoniste et poétesse belge. Elle est la deuxième fille d'une fratrie qui en compte cinq. Elle est la fil...

8 octobre 2019

84 vues au total, 1 vues aujourd'hui