Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles

Informations :

  • Adresse ou lieu-dit: Place Sainte Catherine, entre le quai aux Briques et le quai au Bois à Brûler.
  • Code postal (en Belgique): 1000
  • Localité: Bruxelles
  • Région: Région de Bruxelles-Capitale
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.851538981417185
  • Longitude: 4.348279237747193
  • Matériau: Fonte
  • Type d'oeuvre: Fontes de bâtiment - colonnes - tuyaux - etc
  • Morphologie: mobilier urbain
  • Année: vers 1850
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Photographie ancienne, vers 1905 -Archives de la Ville de Bruxelles : Le pont des Barques, vue vers le Marché aux poissons et l’église Sainte-Catherine. La semelle sur laquelle est installé le mécanisme du pont tournant est visible sur la gauche du pont / Photographies mai 2020 – Benoit LF

Envoyer cette fiche par Email

Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles
Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image1Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image2Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image3Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image4Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image5Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image6Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image7Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image8Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image9Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image10Ancienne roue du pont des Barques – Bruxelles - Image11
Fiche créée ou mise à jour par : le 25 octobre 2021

Description:

Installation de la roue à crémaillère de l’un des anciens ponts du Port intérieur de Bruxelles placée pour rappeler l’emplacement de l’un de ses bassins.
Élément d’architecture industrielle.

Inscriptions

Plaque de cuivre gravée du plan des bassins des Barques et des Marchands avec l’emplacement d’origine de la roue et texte explicatif bilingue anglais – allemand :

Cast fron wheel forming part of the mechanism of the old revolving bridges "des Barques" (1561 -1910). The wheel was found in 1979 when new basins were being excavated.

Stahlgussrad  vom Mechanism der früheren Drehbrücke (1561 -1910) am "Schuitenkaai" 1979 ausgegraben bei den Anfertigungen de neuen Wasserbecken.

Roue en fonte provenant du mécanisme de l’ancien pont « des Barques » (1561 – 1910) trouvée en 1979 lors de l'excavation de nouveaux bassins.)

Description de l'objet

La partie mobile de la roue de fonte d’un diamètre de cinq mètres est composée de huit quartiers triangulaires assemblés à l’aide de goujons filetés et d’écrous carrés. Elle repose sur une roue inférieure fixe par l’intermédiaire de galets coniques qui lui permettaient de tourner. Une partie de l’axe brisé est encore en place au centre du cercle, ainsi que la crémaillère semi-circulaire et le système de butée.

L’ensemble a été installé sur un socle en pierre bleue rappelant celui sur lequel le mécanisme a été retrouvé.

Deux plaques de cuivre gravées d’un plan des anciens bassins situant l’emplacement du pont ont été fixées sur le socle. La première disparue, comportait un texte explicatif en français et en néerlandais, la seconde toujours en place est gravée du même texte en anglais et en allemand.

Historique

Les bassins du port intérieur de Bruxelles s’installent progressivement sur des terrains marécageux protégés par l’enceinte de la ville à partir de l’année 1561, qui marque la fin après dix années de travaux du percement du canal de Willebroek permettant de relier la ville à l’Escaut et à la ville d’Anvers. Au 18e siècle, le port compte sept bassins séparés entre eux par autant de ponts mobiles qui permettent la circulation de surface.

Le pont des Barques sépare le bassin des Marchands et le bassin des Barques qui tient son nom du quai où sont amarrées les barques à passagers qui emmènent en service régulier les voyageurs à destination de Vilvorde, Malines et Anvers.
Les anciens ponts levants en bois, représentés sur différentes peintures et gravures des 17e et 18e siècles avec leur roue à crémaillère verticale manœuvrée à l’aide de poulies, sont remplacés vers le milieu du 19e siècle, par des ponts tournants en fonte plus résistants et plus maniables. La roue de manœuvre n’est plus verticale, mais placée horizontalement sous l’un des côtés du pont qu’elle permet de faire pivoter en tournant sur son axe.

Après trois siècles d’existence, le port intérieur est devenu insuffisant en regard du tonnage de marchandises nécessaire à une ville en pleine expansion. Ses vieux bassins sont trop étroits pour les bateaux qui remplacent les anciennes barques de transport à fond plat, ses quais exigus sont encombrés de marchandises. Le transport de passagers a pris fin, avantageusement remplacé par le chemin de fer. La circulation dans le quartier du port entièrement urbanisé est rendue difficile par le passage des ponts, et son eau stagnante et polluée contribue à l’insalubrité du bas de la ville.
L’abandon du port et son déménagement hors de la ville deviennent inévitables. Les bassins seront progressivement comblés. En 1854, le bassin Sainte-Catherine laisse la place à une nouvelle église qui sera achevée vingt ans plus tard. Une première partie du bassin des marchands est supprimée pour la construction des halles du nouveau « Vismet », le marché aux poissons, inauguré en 1884. Les bassins restants sont comblés durant les années 1910 et 1911.
Lors de la suppression du pont des Barques, le mécanisme et la roue en fonte placée sur un socle en pierre de taille sur laquelle reposait le pont, sont tout simplement laissés en place et enterrés.

L’ensemble est redécouvert en parfait état, 1m50 sous le niveau de la voirie par des ouvriers de la compagnie du gaz en 1979 à l’occasion des travaux de réaménagement qui font suite à la construction d’une station de métro sous l’ancien bassin.
Ce mécanisme récupéré est aujourd’hui installé entre les anciens quais à quelques 300 mètres de son emplacement d’origine, situé juste derrière la Fontaine Anspach reconstruite en 1981.

Référence source

Recherche sur le terrain 2020

Bibliographie et liens

Un canal dans Bruxelles - Thierry Demey, guide Badeaux 2008

Bruxelles sur mer - Gustave Abeels, ed. Libro-Sciences 1980

Numéro d'identification de la fiche : 73361744677cae9b

  

48 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Plaque d’égout – Béguinage – Diest

Plaque d'égout visible dans les rues du Béguinage à Diest.

28 novembre 2021

125 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Monumen

Bombarde « Holle Griet » – Diest

Devant l'ancienne Halle aux draps de Diets a été déposée la bombarde "Holle Griet". Une bombarde était un canon médiéval à partir duquel des balles rondes en ca...

21 septembre 2021

104 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Canons – Mémorial 1815 – Braine-l’Alleud

Dans la plaine au pied de la Butte du Lion, une série de canons sont installés.

19 juin 2021

169 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer