Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Monument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de Bruxelles

Informations :

  • Sculpteur 1: DILLENS Julien
  • Fondeur: COMPAGNIE DES BRONZES
  • Adresse ou lieu-dit: Maison de l'Étoile, Grand-Place de Bruxelles n°8, angle de la rue Charles Buls
  • Code postal (en Belgique): 1000
  • Localité: Bruxelles Ville
  • Région: Région de Bruxelles-Capitale
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.846353611765366
  • Longitude: 4.35234546661377
  • Matériau: Bronze, Zinc, cuivre
  • Type d'oeuvre: Monuments aux grands hommes
  • Morphologie: gisant
  • Année: 1902 -2016 (copie)
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Benoit LF

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Monument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de Bruxelles
Monument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de BruxellesMonument à Éverard t’Serclaes – Grand-Place de Bruxelles
Fiche créée ou mise à jour par : le 30 juillet 2019

Description:

Monument en bas et haut-relief au style inspiré de la Renaissance italienne. Hommage à Éverard t’Serclaes notable, échevin et héros bruxellois du XIVe siècle. Le monument visible actuellement est une copie en bronze, mis en place en 2016.

Inscriptions

Sous l’entablement supérieur, la devise
« PRO ARIS ET FOCIS » - pour nos autels et nos foyers

Sous le premier bas-relief :
« MET HAND EN TAND VOOR STAD EN LAND » - avec la main et les dents pour la ville et le pays

Sous le deuxième bas-relief : « LE BRABANT AU RICHE DUC » (cri de guerre des ducs de Brabant)

Sous le gisant :
« Eberhardo t’Serclaes patriae liberatori », de chaque côté « 1320 ? » « 1388 » (date présumée de la naissance et date de la mort de t’Serclaes).

Sur le pilastre de gauche :
« Le 06 juin 1898, le Conseil communal de Bruxelles a chargé le sculpteur Julien Dillens d’édifier ce monument en l'honneur d’Éverard t’Serclaes, échevin »

(avec traduction en néerlandais).

Sur le pilastre de droite :
« Le 24 octobre 1356 Éverard t’Serclaes, par un hardi coup de main, chassa les soldats étrangers  qui occupaient Bruxelles. Après avoir été cinq fois échevin de sa ville natale, il mourut le 21 mars 1388 lâchement assassiné pour avoir défendu les droits de la cité »

(avec traduction en néerlandais).

Description de l'objet

Partie supérieure
Un cavalier armé, brandissant la bannière des duchés de Brabant et de Limbourg, surgit d’un tympan semi-circulaire. A gauche se trouve l’écusson de Brabant représentant le lion, à droite celui de Bruxelles représentant Saint-Michel terrassant le démon.

Partie centrale
Le centre de la plaque est composé de trois bas-reliefs superposés qui évoquent les épisodes glorieux de l’histoire de Bruxelles auquel le nom d’Éverard t’Serclaes est attaché.

Le premier montre les troupes du Comte de Flandre chassées de la ville par les Bruxellois la nuit du 24 octobre 1356 après que t’Serclaes ait arraché l’étendard de Flandre de la maison de l’Étoile, et l’ait remplacé par celui de Brabant.

Sur le second,  les Ducs Jeanne et Wenceslas chevauchant sous un dais font leur Joyeuse Entrée à Bruxelles.

Sur le troisième, les Bruxellois assiègent et détruisent le château de Gaasbeek suite à l’assassinat de t’Serclaes. sur le côté droit de ce bas-relief, l’image d’une femme sortant un poulet d’un panier est une allusion aux nombreuses volailles que les assiégeants avaient emmenées pour s’en nourrir durant le siège, ce qui valut aux bruxellois le surnom de kiekefretters (mangeurs de poulets). 

Partie inférieure
L’élément principal est la représentation de t’Serclaes partiellement recouvert d’un drap, allongé, mutilé et mourant. Le gisant est surmonté d’une tête d’angelot, un chien à ses pieds.
Dans le bas du monument, de chaque côté des guirlandes qui entourent le blason du héros,  des personnages rappellent le surnom des Bruxellois : celui de gauche tenant un poulet à la broche, celui de droite une chope sur laquelle est inscrite le mot kiekefretters.

Historique

Les t’Serclaes étaient au XIVe siècle et suivants, l’une des plus importantes familles membres de l’un des sept lignages de Bruxelles chargés de la défense de la ville, les t’Serroelofs. Éverard t'Serclaes a occupé à plusieurs reprise la charge d’échevin de la ville. Plusieurs de ses descendants, dont les statues ornent la façade latérale de l’Hôtel de Ville face à son monument, ont été bourgmestres.

En 1356, après le décès du duc Jean III de Brabant, la succession du duché est contestée à sa fille aînée la duchesse Jeanne mariée à Wenceslas de Luxembourg par le comte de Flandre Louis de Male qui a épousé la fille cadette du duc, Marguerite.
En l’absence de la duchesse, les soldats de Flandre se sont emparé de Bruxelles et ont planté leur étendard sur la Grand-Place. La nuit du 24 octobre, Éverard t'Serclaes, à la tête d’un groupe de partisans aurait escaladé les remparts et après avoir arraché l’étendard de Flandre aurait chassé les envahisseurs avec l’aide des Bruxellois.
Cet événement conjugué à l’expansion de la ville précipite dès les années suivantes la construction de la seconde enceinte de Bruxelles qui porte les dimensions de la ville à celles du Pentagone actuel.
En 1388, Éverard, à nouveau échevin, ayant défendu les droits de la ville contre la prétention du sire de Gaasbeek est victime d’une embuscade perpétrée par les serviteurs de ce dernier, qui le blessent mortellement. Il est ramené mourant, un pied et la langue coupée, à la Maison de l’Étoile sur la Grand-Place.
Le peuple furieux suite à ce forfait prend les armes et assiège le château de Gaasbeek, qu’il détruit entièrement.

La Maison de l’Étoile
La Maison de L’Étoile (de Sterre) est mentionnée dès le XIIIe siècle parmi les plus anciennes de la place. Au siècle suivant, elle abrite le local de l’Amman de Bruxelles, représentant l’autorité du Duc de Brabant. Détruite lors du bombardement de Bruxelles de 1695, elle est reconstruite peu après, pour être démolie en 1852 avec tout un côté de la rue étroite dont elle fait l’angle pour faciliter l’accès à la Grand-Place.
En 1897, le bourgmestre Charles Buls la fait reconstruire d’après les gravures anciennes, à l’exception du rez-de-chaussée remplacé par une colonnade à arcades. Très vite, le conseil municipal vote l’installation de deux monuments sous les arcades. Le premier sera un hommage à Charles Buls et aux bâtisseurs de la Grand-Place, le second sera le monument t’Serclaes.
Le personnage d’Éverard t'Serclaes et les événements décrits par le monument symbolisent l’autonomie communale face au pouvoir central. En 1356, ce sont en effet les Bruxellois et non les troupes ducales qui ont chassé les envahisseurs. Ce coup de force a permis à la ville d’obtenir des ducs des privilèges et droits supplémentaires concrétisés par la charte de la Joyeuse entrée. En 1388 la cité affirme sa montée en puissance aux seigneurs féodaux.

Restauration et copie
Le monument t’Serclaes est l’un des plus visités par les touristes à Bruxelles. Cela est dû à sa situation, mais aussi à sa réputation de procurer la chance ou d’exaucer les vœux de ceux qui lui frottent le bras. Cette légende serait une création datant de l’entre-deux-guerres d’un marchand d’oiseaux de la Grand-Place.
Cette habitude ajoutée à la corrosion du laiton a fortement dégradé le métal. La dorure dont était revêtue le monument et la patine sombre du gisant ont disparu au cours des temps. Un trou important est apparu au niveau du bras.
En 2011, le monument a été démonté pour être restauré. Un examen approfondi a conclu que la restauration de l’œuvre serait insuffisante pour permettre sa conservation à l’extérieur. Il a donc été décidé de réaliser à l’identique une copie de bronze du monument. Celle-ci a pu être exécutée grâce a la maquette de plâtre originale dont s’était servi la Compagnie des Bronzes, et qui avait par la suite été offerte à la ville par Julien Dillens.
Cette maquette et le monument de laiton sont aujourd’hui conservés à l’intérieur de l’Hôtel de Ville, à quelques mètres de la copie de bronze.

Le contrat entre le sculpteur Julien Dillens et la Compagnie des Bronzes fut conclu le 18 mars 1902. (L’Art du métal, dans Les Cahiers de la Fonderie, n°9, décembre 1990)

Référence source

recherche sur le terrain

Bibliographie et liens

 Guide illustré de Bruxelles - Guillaume Des Marez 1918

restauration et copie :
http://evrardtserclaes.be/

https://www.bronsatelier.be/fr/projets/t-serclaes/

Numéro d'identification de la fiche : 6045d346d001e1cb

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Monument – Fontaine Anspach – Bruxelles

La Fontaine Anspach est un monument de style éclectique érigé en 1897 au centre de la place de Brouckère en hommage à Jules Anspach, bourgmestre de la ville de ...

4 août 2020

26 vues au total, 4 vues aujourd'hui

 

Monumen

Buste de la Reine Astrid – Court-Saint-Étienne (copie)

Buste de la Reine Astrid dû au sculpteur Victor Rousseau.

22 juillet 2020

47 vues au total, 2 vues aujourd'hui

 

Monumen

Monument-Fontaine Mascart – Ohain

Située sur la place communale d'Ohain (entité de Lasne), la fontaine Mascart présente la particularité d’honorer trois personnalités, à savoir les frères Julien...

19 juillet 2020

49 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer