Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Allégories coloniales d’Arsène Matton – Africa Museum – Tervuren

Informations :

  • Sculpteur 1: MATTON Arsène
  • Adresse ou lieu-dit: Africa Museum - Leuvensesteenweg 13
  • Code postal (en Belgique): 3080
  • Localité: Tervuren
  • Région: Région flamande
  • Province: Brabant flamand
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.83085992333653
  • Longitude: 4.518678597436519
  • Matériau: Bronze, cuivre
  • Type d'oeuvre: Statues décoratives
  • Morphologie: groupe
  • Année: 1921 -1925
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Benoit LF

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Allégories coloniales d’Arsène Matton – Africa Museum – Tervuren
Allégories coloniales d'Arsène Matton – Africa Museum - Tervuren - Image1Allégories coloniales d'Arsène Matton – Africa Museum - Tervuren - Image2Allégories coloniales d'Arsène Matton – Africa Museum - Tervuren - Image3Allégories coloniales d'Arsène Matton – Africa Museum - Tervuren - Image4
Fiche créée ou mise à jour par : le 8 janvier 2019

Description:

Ces quatre sculptures en bronze ou en cuivre doré, œuvres de commande, sont les premières à être installées dans les niches de la salle du dôme du Musée du Congo, devenu Musée royal de l’Afrique centrale, et aujourd’hui,  Africa Museum.

Description de l'objet

Les quatre groupes sont destinés à mettre en valeur un aspect des « bienfaits »  de la colonisation et de la civilisation apportés par la Belgique. Ils sont construits sur le même schéma : une figure principale debout dominant un ou plusieurs Congolais nus et de petite taille, ou représentés par des enfants ou adolescents.

L’esclavage -  Ce groupe fait référence aux malheurs dont la Belgique est censée avoir sauvé les Congolais. Un marchand d’esclave arabo-swahili armé d’un poignard et d’une chicotte torsadée piétine un enfant mort en maintenant une adolescente par les poignets.

La Belgique apportant le bien-être au Congo - La Belgique sous les traits d’une femme bienveillante porte un enfant dans ses bras et en tient un second contre elle.

La Belgique apportant la sécurité au Congo - La Belgique est cette fois en tenue guerrière brandissant un drapeau et portant une épée à ses côtés. À ses pieds un enfant endormi et un homme qui se met sous sa protection.

La Belgique apportant la civilisation au Congo - La Belgique civilisatrice est ici personnifiée  par un missionnaire portant un enfant sur son bras gauche, la main droite posée sur l’épaule d’un homme de petite taille.
(Les premières écoles laïques ne feront leur apparition au Congo qu’après la seconde Guerre mondiale, elles ne seront accessibles aux Congolais qu’après 1950.)

Historique

La rotonde située sous le dôme central du musée est conçue à l’origine comme la salle d’entrée du musée. Richement ornée de marbre du sol au plafond elle comporte dix-sept niches destinées à accueillir des sculptures de propagande coloniale dont la fonction était d’impressionner le visiteur et d’orienter son interprétation des collections congolaises du musée exposées dans les salles adjacentes (l’expression « propagande coloniale » a été officiellement utilisé jusqu'en 1955, et n’avait pas la connotation péjorative que nous lui connaissons aujourd’hui).  Lors de l’inauguration du musée en 1910 les niches sont encore vides, seul au centre de la salle le buste en ivoire de Léopold II attire les regards.

Neuf statues allégoriques aux thèmes imposés sont commandées à des sculpteurs belges durant les années suivantes. La première commande est passée à  Arsène Matton (1873-1953) en 1910 pour les niches centrales. L’année suivante, celui-ci profite  d’un voyage au Congo, où il est envoyé par le musée pour réaliser des moulages « ethniques » sur des personnes vivantes, pour travailler aux groupes d’après des modèles locaux dans son atelier de Léopoldville.

La guerre retarde le projet jusqu’au début des années vingt, le premier des quatre groupes est installé dans sa niche en 1921, les autres les années suivantes.

La totalité des niches ne sera occupée qu’une quarantaine d’années plus tard, après l’indépendance du Congo.

Lors de l’importante rénovation du musée qui s’est terminée en décembre 2018, toutes les statues coloniales controversées ont été retirées des salles d’exposition et installées à part au sous-sol. Seules celles des niches de la rotonde, en raison de leur classement qui empêche leur enlèvement sont restées en place. Une plaque explicative a été placée dans la salle.

Référence source

recherche sur le terrain 2018

La mémoire du Congo, le temps colonial - Edition Snoeck / Musée royal de l'Afrique centrale 2005 - pages 180 et suivantes : Les sculptures de la rotonde

Numéro d'identification de la fiche : 4425c26ac8526a51

     

289 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Monument au Général Thys – Parc du Cinquantenaire – Bruxelles

Le monument célèbre la mémoire du général Albert Thys (1849-1915), pionnier des entreprises coloniales belges au Congo, et fidèle auxiliaire du roi Léopold II d...

17 juin 2019

246 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Monumen

Les bâtisseurs de villes – Parc du Cinquantenaire – Bruxelles

Les bâtisseurs de villes sont au repos, l’un est couché sur le ventre, l’autre assis et courbé vers l’avant. Sculpture en bronze de Charles van der Stappen.

17 juin 2019

263 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Le Dogue d’Ulm – Parc du Cinquantenaire – Bruxelles

Le Dogue d’Ulm ou simplement Le Chien ou encore Le Chien vert , sculpture animalière de Jean Baptiste Van Heffen.

17 juin 2019

171 vues au total, 0 vues aujourd'hui