Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Le Coupeur de noix de palme – Lever House – Bruxelles

Informations :

  • Sculpteur 1: WISSAERT Paul
  • Fondeur 1: VERBEYST
  • Adresse ou lieu-dit: Rue Royale 150
  • Code postal (en Belgique): 1000
  • Localité: Bruxelles
  • Région: Région de Bruxelles-Capitale
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.85045860248934
  • Longitude: 4.364072084426881
  • Matériau: Bronze
  • Type d'oeuvre: Statues décoratives
  • Morphologie: statue
  • Année: 1921
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Benoit LF février 2022

Envoyer cette fiche par Email

Le Coupeur de noix de palme – Lever House – Bruxelles
Le Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – BruxellesLe Coupeur de noix de palme – Lever House – Bruxelles
Fiche créée ou mise à jour par : le 13 mars 2022

Description:

Sculpture de bronze à patine verte, représentant un Congolais travaillant à la récolte des noix de palmier à huile durant la période coloniale.

 

Inscriptions

Signature du sculpteur : PAUL WISSAERT

marque de la Fonderie : FONDERIE VERBEYST BRUXELLES

Description de l'objet

Le coupeur est représenté grandeur nature et vêtu d’un simple pagne en tissu se tenant debout avec pour tout outillage une machette dans la main droite et une canne dans la main gauche. Les régimes de noix de palme qu’il a coupé en grimpant au sommet d’un palmier se trouvent à ses pieds.

Historique

Lever House

Après la reprise de l’État Indépendant du Congo par la Belgique, devenu le Congo belge, en 1908 suite aux dénonciations des crimes liés à l’exploitation des populations, les produits d’exportations dont l’EIC tirait l’essentiel de ses revenus, l’ivoire et le caoutchouc se font rares en raison de la surexploitation dont ils ont fait l’objet. Le caoutchouc naturel congolais est également concurrencé par les plantations d’hévéa en Asie et l’apparition du caoutchouc synthétique. 

Le gouvernement belge cherche à attirer de préférence des capitaux nationaux dans la colonie, mais les investisseurs se faisant attendre, un accord est conclu avec l’industriel anglais William Lever, créateur de la marque des savons Sunlight, pour l’exploitation de l’huile de palme, abondante au Congo. Lever est déjà présent sur le marché belge où il importe ses savons dès 1888, et a ouvert en 1905 une première usine à Forest.  L’industriel possède déjà plusieurs plantations de palmeraies dans différents pays d’Afrique et d’Asie, et cherche à s’étendre. En 1911 les « Huileries du Congo » sont créées sur d’immenses concessions, l'entreprise deviendra l’une des plus importantes sociétés commerciales du Congo.

Durant les deux premières décennies, la production d’huile de palme fait l’objet d’abus et d’exploitation de la population.  Le travail de récolte des régimes de noix de palme sur des arbres pouvant atteindre 20 à 25 mètres de haut est pénible et dangereux, le manque de main d’œuvre volontaire est compensé par le travail forcé. Cette situation sera l’une des cause en 1931 de la révolte des Pende du Kwango dont la répression fera des centaines de victimes et sera dénoncée à la Chambre belge par le socialiste Émile Vandervelde.

En 1921, le siège des Compagnies réunies des Savonneries Lever frères et Huileries du Congo s’installe au 150 de la rue Royale, dans un imposant bâtiment construit en 1850 par l’architecte Joseph Poelaert, qui occupe tout le côté nord de la place du Congrès.  L’immeuble a été agrandi et entièrement transformé et réaménagé par l’architecte Paul Saintenoy pour correspondre aux besoins de l’entreprise. Le vestibule qui donne accès à l’escalier monumental menant au premier étage est recouvert de marbres polychromes et de décorations de bronze.
Dans deux niches de marbre, rappelant la rotonde du musée colonial du Congo belge de Tervuren, aujourd’hui Africa Museum, sont placée face à face deux statues de bronze représentant des Congolais au travail,  « La Pagayeuse » d’Isidore de Rudder et le « Coupeur de noix de palme » de Paul Wissaert.
En 1957, la société devenue Unilever (après fusion avec  l’entreprise de margarine Unie en 1929), qui s’est considérablement développée, déménage dans un nouvel immeuble rue Montoyer.

Le bâtiment de la rue Royale appartient aujourd’hui à la Fédération Wallonie-Bruxelles et est occupé depuis 1958 par une Haute école : l'Institut Supérieur Industriel de Bruxelles.

L’ensemble des aménagements intérieurs de la Lever House, dont les bronzes font partie, a fait l’objet d’un arrêté de classement de la Région de Bruxelles-Capitale le 05 février 2021.

Référence source

Recherche sur le terrain

Numéro d'identification de la fiche : 158622b913d0c5ba

     

213 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

La Mer – Art Center Ten Bogaerde – Koksijde (Coxyde)

Copie d'un bronze de George Grard dans le Centre d'Art Ten Bogaerde.

7 août 2022

11 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Monumen

La flûtiste – Art Center Ten Bogaerde – Koksijde (Coxyde)

Copie d'un bronze de George Grard dans le Centre d'Art Ten Bogaerde.

6 août 2022

14 vues au total, 2 vues aujourd'hui

 

Monumen

Ondineke – Aalst (Alost)

Statue représentant Ondineke, personnage principal du roman "De Kapellekesbaan" (1953) par le sculpteur Frans De Vree en 1995.

31 juillet 2022

33 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer