Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Monument aux promoteurs des installations maritimes – Molenbeek-Saint-Jean

Informations :

  • Sculpteur 1: DE WEVER Auguste
  • Fondeur: FONDERIE NATIONALE DES BRONZES
  • Adresse ou lieu-dit: boulevard Léopold II / place Sainctelette
  • Code postal (en Belgique): 1080
  • Localité: Molenbeek-Saint-Jean
  • Région: Région de Bruxelles-Capitale
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.85892485159531
  • Longitude: 4.345393180847169
  • Matériau: Bronze
  • Type d'oeuvre: Monument aux morts et commémoratifs
  • Morphologie: groupe
  • Année: 1912
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Photo ancienne 1925 : Fonds Belfius / Photos 2019 : Micheline Casier

Envoyer cette fiche par Email

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Monument aux promoteurs des installations maritimes – Molenbeek-Saint-Jean
Monument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimesMonument aux promoteurs des installations maritimes
Fiche créée ou mise à jour par : le 28 décembre 2019

Description:

Monument commémorant la réalisation des installations maritimes de Bruxelles, composé d’une statue de bronze sur un socle en pierre bleue représentant un couple de mariniers debout.

Inscriptions

Sur la face avant du socle de pierre :
AUX PROMOTEURS DES INSTALLATIONS MARITIMES 1912
Sur la face arrière :
AAN DE ONTWERPERS DER ZEEHAVENINRICHTINGEN 1912

Sur la terrasse de bronze, côté droit signature du sculpteur : A DE WEVER

côté gauche marque du fondeur :  
FONDERIE NATIONALE DES BRONZES
ANCIENNE FIRME J.PETERMANN
ST GILLES - BRUXELLES

Description de l'objet

Le monument est constitué d’un couple de bronze représentant des mariniers au pied d’un candélabre surmonté d’un fanal avec une lanterne de verre électrifiée placé au sommet d’un important socle de pierre conçu par l’architecte Joseph-Joachim Benoît et sur lequel est sculpté de chaque coté le blason de la commune de Molenbeek-Saint-Jean représentant son saint patron.
L’homme a la main droite posée sur une ancre de bateau, la femme tient une couronne de laurier de la main droite et pose la main gauche sur un mât surmonté d’une lanterne. Le monument conçu au moment où la commune de Molenbeek se dotait d’un service d’électricité capable de l’alimenter fait partie des œuvres électriques de différents sculpteurs de la fin du 19e siècle. Bien que la plupart aient disparu et que la mode se soit tarie suite à la banalisation de l’éclairage électrique, certains sont toujours visibles  à Bruxelles. C’est le cas du mat électrique de Jacques de Lalaing, ou de ceux du Jardin Botanique.

Sur les côtés du socle, sont placés deux bas-reliefs de bronze.

Celui de gauche représente les festivités d’inauguration du canal le 12 octobre 1561. La  gouvernante des Pays-Bas espagnols et fille de Charles Quint, Marguerite de Parme assise sur un trône gardé par des soldats espagnols reçoit l’amman de Bruxelles Jean de Locquenghien maître d’œuvre du canal.
À cette occasion, des prix ont été distribués par la Ville de Bruxelles aux villes reliées par le canal qui avaient expédié le plus grands nombre de navires, on en aperçoit les mâts en arrière plan. Au premier plan, des notables portent les prix qui seront distribués, dont un vaisseau et un Saint-Michel tout deux en argent.

Celui de droite représente l’activité du port. Sur un quai auquel un bateau est amarré, une charrette lourdement chargée est tirée péniblement par deux chevaux que des hommes tentent de faire avancer en tirant et en poussant.  Un marin enroule des cordages et des débardeurs portent différentes marchandises.

Historique

Le vieux canal et les bassins du port de Bruxelles, creusés de 1550 à 1561, étroits et peu profonds ne permettaient la navigation que de bateaux à faible tirant d’eau. La nécessité pour la ville d’adapter les installations aux nouveaux bateaux à vapeur capables de transporter un volume important de marchandises se fait sentir dès le début du 19eme siècle. 

La fermeture de l’Escaut au lendemain de l’indépendance, l’expansion du chemin de fer qui absorbe une part importante des capitaux disponibles au détriment des investissements dans le transport fluvial, la réticence de l’État à apporter sa contribution financière à la modernisation des installations et l’opposition des autres villes portuaires du pays sont autant d’obstacles qui retarderont d’un siècle la réalisations des installations maritimes de Bruxelles.
Malgré l’action du Cercle des installations maritimes fondé en 1881 et présidé par le député Antoine Dansaert, il faudra attendre 1895 pour la signature d’un accord budgétaire auquel prennent part la Ville de Bruxelles, l’État, la province de Brabant et les communes des faubourgs. La Société du canal et des installations maritimes de Bruxelles est alors créée, avec pour objet la transformation du canal en voie maritime, la construction d’un nouveau port  accessible aux bateaux de mer et l’exploitation des nouvelles installations. Les travaux ne débuteront cependant qu’en 1900. Bien que  mis progressivement en service à partir de 1907, l’inauguration officielle de Bruxelles Port de mer, retardée par la Première Guerre mondiale, n’aura lieu qu’en 1922.

La commune de Molenbeek-Saint-Jean, qui a dû céder en 1897 à la Ville de Bruxelles une partie de son territoire, la plaine de Tour & Taxis, où seront construites les installations liées au nouveau port, en est riveraine et bénéficie de son développement. La même année, elle confie à Auguste de Wever, sculpteur habitant la commune et directeur de l’école de dessin communale, la conception d’un monument pour commémorer l’entreprise. Sur le projet initial, approuvé par le conseil communal en 1903, figure un couple d’ouvriers : l’homme appuyé sur une pioche représentant le Travail, la femme portant un broc, la Persévérance.

Après plusieurs modifications successives, le couple d’ouvriers étant remplacé par un couple de mariniers et le socle ayant pris de l’ampleur en raison de l’emplacement choisi, le projet définitif est approuvé quelques années plus tard. Le monument ne sera inauguré qu’en 1912, après le décès du sculpteur. Il est placé à l’entrée du nouveau boulevard Léopold II et d’un quartier qui prendra le nom de quartier maritime, face à la place Sainctelette  et au canal à  l’endroit où symboliquement se rejoignent l’ancien Canal de Willebroek et le Canal de Charleroi. 

En 1957, comme d’autres monuments bruxellois, il sera victime des bouleversements dus aux préparatifs de l’Expo 58 et à l’expansion de l’automobile et sera déplacé pour permettre l’aménagement d’un viaduc dans l’axe du boulevard. Durant 45 années, il sera relégué à l’entrée d’une rue sans habitants, la rue du Lion, en bordure de la chaussée de Vilvorde, au milieu d’un zoning industriel situé entre le canal et la gare de triage du chemin de fer.
Le viaduc sera démoli en 1984. En 1999, l’association La Fonderie appuyée par la commune de Molenbeek, lance une pétition adressée à la Région bruxelloise pour le retour du monument à l’emplacement pour lequel il avait été conçu.
Les travaux débuteront en 2002, permettant l’installation et l’électrification du monument et une nouvelle inauguration en mai 2003.

Bibliographie et liens

DEROM - Les sculptures de Bruxelles , Pandora – 2000

HUGO LETTENS – Sculpture et lumière électrique à la fin du 19e siècle, Cahier de La Fonderie n°23 – 1997

THIERRY DEMEY – Un canal dans Bruxelles, Badeaux – 2008

J-B. VIFQUAIN – Canal de Bruxelles au Rupel, considérations historiques – 1842

Fr. SAMAIN & H. SEMPO – Patrimoine à roulettes,  Cercle d’Histoire de Bruxelles - 2006

Numéro d'identification de la fiche : 5065e065a0643792

   

340 vues au total, 2 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie ,

 

Monumen

Mémorial aux soldats français tombés durant la guerre franco-prussienne de ...

Mémorial élevé en l'honneur des soldats français morts sur le sol belge en 1870-71. Le sphinx est l’œuvre des sculpteurs français Henri Chapu et Charles-Arth...

27 juin 2020

44 vues au total, 2 vues aujourd'hui

The Congo, I Presume ? – Tervuren
 

Monumen

The Congo, I Presume ? – Tervuren

Monument de commémoration satirique du centenaire de l’« Exposition coloniale » de 1897 dans les jardins de l’ancien musée...

21 mai 2020

260 vues au total, 2 vues aujourd'hui

 

Monumen

Monument au Pigeon-Soldat – Bruxelles

Statue en bronze, +/-2m de haut, représentant une jeune fille, allégorie de la Patrie, tenant un pigeon dans la main droite et une palme dans la main gauche. ...

15 mai 2020

894 vues au total, 3 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer