Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Manneken-Pis – Bruxelles

Informations :

  • Sculpteur 1: DUQUESNOY l’Ancien Jérôme
  • Fondeur: COMPAGNIE DES BRONZES
  • Adresse ou lieu-dit: à l’angle de la rue de l’Étuve et de la rue du Chêne
  • Code postal (en Belgique): 1000
  • Localité: Bruxelles
  • Région: Région de Bruxelles-Capitale
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.84500552447203
  • Longitude: 4.3499475717544565
  • Matériau: Bronze, fer forgé
  • Type d'oeuvre: Statues décoratives, Fontaines et vasques, Décors - balcons - grilles - portes- kiosques
  • Morphologie: statuette
  • Année: 1620 - (1817 ?) - 1965 (copie par la Cie des Bronzes)
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Benoît LF 2020 - Cartes postales collection La Fonderie.

Envoyer cette fiche par Email

Manneken-Pis – Bruxelles
Manneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – BruxellesManneken-Pis – Bruxelles
Fiche créée ou mise à jour par : le 10 septembre 2021

Description:

Ancienne fontaine publique constituée d’une statuette de bronze installée dans une niche en pierre représentant un enfant occupé à uriner, et devenue au cours du temps un des symboles représentant la ville de Bruxelles et une de ses attractions touristiques les plus visitées.

Inscriptions

Statuette considérée comme étant l'originale, conservée à la Maison du roi, Musée de la Ville de Bruxelles :

1620

REST 1817

Description de l'objet

Statuette en bronze de 55,5 cm de hauteur conçue pour servir de fontaine.

L'environnement de la statuette a été modifié au cours du temps. À l’origine elle était installée au sommet d’une simple colonne placée devant un bassin. Vers 1770, la colonne est remplacée par un grande niche de pierre bleue sculptée, un peu disproportionnée par rapport à la taille de la statuette,  entourée d’une grille incurvée au centre pour laisser l’accès au jet de la fontaine.
Au milieu du 19e siècle, le monument ayant perdu sa fonction de fontaine publique, suite à la création d'un réseau de distribution d'eau, la grille est remplacée par une nouvelle grille en fer forgé plus travaillée, qui ne permet plus de récolter l’eau.

Historique

Le sujet représenté par la statuette, manneken (diminutif de man, homme) ou menneken-pis en dialecte bruxellois, littéralement le petit homme (ou le gamin) qui pisse, n’est pas à l’époque de sa création si étonnant qu’on pourrait l'imaginer.
Les fontaines anthropomorphes, inspirées de l’antiquité, sont fréquentes à la Renaissance. À Bruxelles la Fontaine du cracheur est toujours en place, bien que celle des Trois pucelles dont l’eau jaillissaient des seins et qui se trouvait près de l’église Saint-Nicolas a disparu. Les Putti, angelots avec ou sans ailes, chérubins nus et potelés, sujet sans doute importé d’Italie, sont très à la mode et font partie de la décoration de façades et de monuments jusqu’au 19e siècle.
L’enfant qui pisse « putto pisciatore » est représenté sur différents tableaux, sculptures et décorations dès  le 15e siècle. La description de la décoration de l’un de fastueux banquets donné par le duc de Bourgogne Philippe le Bon à Lille en 1454, inclus « un petit enfant tout nu sur une roche, qui pissait de l’eau de rose ». Quelques années plus tard la ville de Grammont  (Geraardsbergen) fait appel au fontainier bruxellois Jan Van Der Schelden pour la réalisation d’une fontaine de bronze similaire destinée à remplacer celles du Marché mis à sac par les Gantois en 1452 durant leur rébellion contre le duc de Bourgogne.

Plus étonnant est de constater la popularité dont jouit dès l’origine le Manneken-Pis bruxellois, surnommé le plus ancien bourgeois de Bruxelles, qui sera associé à de nombreux événements et fêtes populaires, et qui se transformera au fil du temps en notoriété internationale.

Les origines de la fontaine sont inconnues. Un document des archives de Sainte-Gudule mentionne une fontaine au même endroit sans la nommer ni la décrire. Le plus ancien document conservé dans lequel elle est nommée « Menneken pist » est un acte de 1452 attestant que la fontaine, servait également de borne entre deux quartiers de la ville. L’appellation est confirmée dans d’autres documents datés du début du XVIe siècle. Sur l’un des premiers plans de Bruxelles, celui de Braun & Hogenberg imprimé en 1572, il est indiqué l’emplacement de « T’menneke pist ».

Le Manneken-Pis est alors une statuette en pierre. Il fait partie d’un réseau de points d’eau publics et privés distribuant l’eau de sources et ruisseaux situés sur le versant Est de la vallée de la Senne, et qui alimente les fontaines de la cour de l’Hôtel de Ville avant d’aboutir aux Trois Pucelles derrière l’église Saint Nicolas.
La statuette est probablement déjà populaire puisque, au début du 17e siècle, la ville passe commande d’une nouvelle version en bronze au sculpteur Jérôme Duquesnoy l’ancien. Au début de l'année 1620 celle-ci est installée au sommet d’une colonne de « six pieds de haut » placée devant deux cuvettes. La statuette était donc alors visible tant de face que de profil ou de dos. Elle sera plus tard protégée par une grille. Cette disposition est représentée dans une gravure signée Harrewijn et datant du début du 18e siècle, parmi d’autres personnages, ont peut y voir une femme occupée de remplir une cruche au jet de la fontaine.

En 1630 Une copie en cuivre est réalisée à l’identique, bien qu’elle ne soit pas conçue pour fonctionner comme fontaine, par le fondeur Jacques Van den Broeck. À la fin du 19e siècle elle sera découverte par un collectionneur en Angleterre et offerte au musée de la ville, où elle se trouve toujours.

En 1695, lors du bombardement de Bruxelles par les troupes françaises du maréchal de Villeroi, sur ordre de Louis XIV, qui réduira en cendre une grande partie de la ville, la statuette est mise à l’abri par les habitants. Manneken-Pis se fait alors pour la première fois le porte-parole des Bruxellois au travers d’un pamphlet, publié la même année, dans lequel il s’en prend aux Français en relatant ses malheurs et ceux de ses concitoyens. Dans une longue lettre dont le titre peut être traduit par « Manneken-Pis ne pisse plus » il attaque avec insolence et dérision Villeroi, « le plus méchant Français que l’on puisse trouver, incendiaire de notre ville, qui m’enleva mon eau » et dont il dit que s’il le « voyait brancher à un arbre, j’en rirais tellement que je pisserais de nouveau ». Quand à Louis XIV, il souhaite au fier coq Louis Bourbon et avec lui à madame de Maintenon, qu’ils se trouvent eux aussi sans jet jusqu’à ce qu’il soit lui-même guéri.
Cette lettre pleine d’humour est un document précieux concernant la notoriété du personnage puisqu’il s’y décrit comme un objet de gloire apprécié par tous et renommé dans le monde entier que l’on vient visiter depuis les autres villes. Il y promet de récompenser généreusement celui qui le guérira de ses maux, et ce « Même si je dois mettre en gage mon meilleur habit, que la duchesse me fit revêtir », ce qui suggère une origine ancienne de la tradition de l’habillage de Manneken-Pis, cette duchesse à laquelle il est fait allusion pouvant être identifiée à Isabelle d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas jusqu’en 1633.
Un costume est offert à la statuette en 1698 par le gouverneur Maximilien-Emmanuel de Bavière. En 1747, c’est au tour du roi de France Louis XV, qui pour calmer la population suite à une tentative de ses soldats d’enlever la statuette, lui fait don d’un habit de brocart, le plus ancien conservé à ce jour, et le décore du titre de chevalier de l’ordre de Saint-Louis.

La statuette est volée à plusieurs reprises. En 1817, elle est enlevée par un forçat qui est arrêté, et qui condamné pour « son crime » aux travaux forcés à perpétuité et à être marqué au fer. Selon les différents récits la statuette est brisée au niveau des jambes ou réduite en morceaux. On ne peut donc dire avec certitude si la statuette considérée comme l’originale, et conservée aujourd’hui au Musée de la Ville de Bruxelles, est bien celle fondue par Duquesnoy et restaurée ou selon certains auteurs une nouvelle statuette fondue dans un moule réalisé à partir des fragments brisés.
Quoi qu’il en soit, Manneken-Pis est remis en place lors d’une fête deux mois après le vol.
Le dernier vol d’une longue série a lieu en 1965. Seules les jambes fixées au socle et qui ont été brisées sous le niveau des genoux sont restées en place. Le reste est considéré comme perdu. Une copie est alors commandée à la Compagnie des Bronzes à partir d’un nouveau moule réalisé grâce au modèle en cuivre de 1630, et mise en place.
Le corps de la statuette volée sera miraculeusement retrouvé dans le canal l’année suivante, et sera ensuite restauré pour être exposé à l’abri dans une vitrine du musée communal.

Au cours du 19e siècle, le développement du chemin de fer favorise celui du tourisme. De nombreux guides touristiques sont publiés à l’intention des voyageurs. Ceux-ci ne se privent pas de mentionner le Manneken-Pis, tout en mettant en garde le lecteur en cette époque pudibonde. Le célèbre guide Conty parisien aux alentour de 1900 semble presque en désapprouver la visite tout en indiquant l’itinéraire pour se rendre à la fontaine : « Si votre intention était de faire connaissance avec l’indécente statue-fontaine de Manneken-Pis, dont la renommée est assez licencieuse ». On peut imaginer que l’effet de telles mentions a été de contribuer à la notoriété de la statuette.
Dans l’imaginaire populaire, c’est surtout l’insolence de la statuette, qui en a fait le succès. Les nombreuses légendes qui sont attachées à l’origine du personnage ont toutes pour point commun de présenter l’enfant, qu’il fasse pipi au passage d’une procession, sur la porte d’une sorcière ou sur la mèche d’une bombe prête à détruire la ville, comme doté d’esprit d’impertinence et de résistance.
De nombreuses caricatures représentent le personnage tournant en dérision l’autorité du moment. Narguant la police pour se moquer du règlement communal de 1846 qui interdit de se soulager sur la voie publique, ou durant l’occupation de Bruxelles lors des deux Guerres Mondiales, occupé à arroser les pieds ou la tête de soldats allemands.

Référence source

Recherche sur le terrain 2020

Bibliographie et liens

Garde-robe de Manneken-Pis

Représentation de Manneke-Pis vers le début du 18e s. (Wikipedia)

  • Histoire de la ville de Bruxelles – Alexandre Henne & Alphonse Wauters 1843
  • Guide illustré de Bruxelles – Guillaume Des Marez, 1918
  • Le patrimoine monumental de la Belgique / Bruxelles Pentagone 1A, rue du Chêne – Éditions Mardaga 1989
  • Bruxelles cinq siècles de cartographie – Lisette Danckaert – Édition Lanoo 1989, page 28
  • Le bombardement de Bruxelles  par Louis XIV et la reconstruction qui s’en suivit 1695-1700 – sous la direction de Maurice Culot – édition des AAM 1992
  • Les sculptures de Bruxelles – Jacques Van Lennep, sous la direction de P. Derom – Pandora 2000
  • Manneken-Pis, Dans tous ses états – collectif, collection Historia Bruxellæ – Mussée de la Ville de Bruxelles 2005
  • Guide Conty Belgique – Guides pratiques Conty Paris 1908

 

Numéro d'identification de la fiche : 6756137584d14a09

   

74 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Fontaine – Brugstraat – Geraardsbergen (Grammont)

Fontaine avec bassin en pierre bleue avec un simple mascaron de lion en bronze.

13 septembre 2021

28 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Manneken-Pis – fontaine – Geraardsbergen (Grammont)

Une fontaine avec une représentation d'un petit garçon en train d'uriner, qui rappelle le Manneken-Pis de Bruxelles.  

12 septembre 2021

35 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

Monumen

Pompe à bras – Markt – Tervuren

Pompe à bras en fonte installée sur le Markt, à côté de la Porte de la Warande. Devant la pompe se trouve un bassin d'eau en pierre dure pour recueillir et éva...

12 juin 2021

115 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer