Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

 

Monumen

Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles

Informations :

  • Sculpteur 1: LENAERTS Henri
  • Adresse ou lieu-dit: lieu dit "place Agora" à l'angle du Marché aux herbes et de la rue de la Montagne
  • Code postal (en Belgique): 1000
  • Localité: Bruxelles
  • Région: Région de Bruxelles-Capitale
  • Pays: Belgique
  • Continent: Europe
  • Latitude: 50.846692321042404
  • Longitude: 4.354383945465089
  • Matériau: Bronze
  • Type d'oeuvre: Monuments aux grands hommes, Sculptures animalières, Fontaines et vasques
  • Morphologie: fontaine
  • Année: 1987
  • Titulaire(s) et droits sur les photos: Benoit LF - avril 2020

Envoyer cette fiche par Email

Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles
Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image1Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image2Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image3Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image4Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image5Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image6Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image7Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image8Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image9Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image10Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image11Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image12Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image13Monument fontaine Charles Buls – Bruxelles - Image14
Fiche créée ou mise à jour par : le 27 septembre 2021

Description:

Monument en hommage au « bourgmestre esthète » Charles Buls constitué d’une fontaine et d’un bronze, inauguré à l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance.

Inscriptions

sur les pages du livre ouvert :

DE LAUDIBUS DEMENTIÆ
signature du sculpteur : H Lenaerts

plaque sur la fontaine :

CHARLES / KARL

BULS

BOURGMESTRE / BURGEMEESTER

DE / VAN

BRUXELLES / BRUSSEL

Description de l'objet

Charles Buls est représenté plus grand que nature assis sur la margelle de la fontaine. Vêtu d’un manteau et accompagné d’un chien, il semble s’être arrêté durant une promenade pour lire le livre qu’il tient ouvert contre sa poitrine. Interrompant sa lecture, il lève les yeux vers les maisons anciennes, tournant ostensiblement le dos au Mont des Arts et aux quartiers dont il n’a pu empêcher la destruction, aujourd’hui remplacés par des immeubles de bureaux et des hôtels dont le style pastiche les pignons de la vieille ville.

À sa gauche, au 103 Marché aux Herbes, la maison « L’aigle d’or » où se trouvait l’atelier d’orfèvrerie de Charles Buls et de son père avant lui. Aujourd’hui occupé par un fast-food.
Le bas-relief de la fontaine rappelle quelques-uns des voyages de Buls en Italie et en Grèce. Les monuments de Rome, Florence et Athènes se mêlent à l’Hôtel de ville de Bruxelles et à la Porte de Hal qu’il a contribué à préserver.

La fontaine aux 90 jets d’eau est mise à l’arrêt en raison de fissures et dans l’attente d’une restauration.

Historique

Charles Buls 1837 – 1914
Homme politique libéral de tendance progressiste, issu de la petite bourgeoisie flamande, bourgmestre de Bruxelles de 1881 à 1899.  
Autodidacte, destiné à succéder à son père orfèvre, il suit une formation artistique en dessin et sculpture à Bruxelles, qu’il poursuit à Paris et en Italie où il découvre les musées et s’intéresse à l’histoire de l’art et à l’archéologie.
De retour à Bruxelles, tout en travaillant sans enthousiasme dans l’atelier d’orfèvrerie de son père, il adhère à un cercle littéraire, devient franc-maçon et commence à s’intéresser à la politique et à la question de l’accès pour tous à l’enseignement. Il est membre fondateur de la Ligue de l’Enseignement dont il devient le président (1964) et de l’École modèle dont il prend la direction.
Cette implication l’amène à la politique. Abandonnant son métier d’artisan, il siège successivement à la ville de Bruxelles en tant que conseiller communal, échevin de l’instruction publique, bourgmestre et député. Durant ses mandats il continue à défendre la cause de l’enseignement public laïque durant la guerre scolaire, prenant la tête des bourgmestres libéraux, de l’enseignement des filles et de l’instruction primaire gratuite et obligatoire, de la langue flamande, des arts et de la préservation du patrimoine ancien, et du suffrage universel.

Son nom reste attaché à la restauration de la Grand-Place de Bruxelles, de la Porte de Hal, de la Tour Noire et d’autres monuments, à la reconstruction de la Maison du Roi et à la création du Musée de la Ville de Bruxelles et du square du Petit Sablon, aux premières habitations ouvrières, à la fondation du Théâtre flamand, de la Ligue des amis de la forêt de Soignes (première association belge de protection de la nature) ou du Comité d’Études du Vieux-Bruxelles chargé de photographier les monuments et maisons anciennes appelés à disparaître pour en conserver les traces.

Ses conceptions de l’urbanisme sont en opposition avec celles de son prédécesseur à la tête de la ville, Jules Anspach et du roi Léopold II, amateurs tous deux de perspectives monumentales et de grands boulevards haussmanniens.
Charles Buls est partisan autant que possible du maintien de la ville ancienne et de ses rues sinueuses et pittoresques chargées d’histoire.
« Une ville prospère doit fatalement s’adapter aux nouveaux besoins de circulation et aux exigences de propreté, d’hygiène et de confort, mais cette évolution ne doit pas se faire brutalement, elle doit elle doit s’opérer dans le respect de tout ce qui peut sans inconvénients être conservé des souvenirs anciens »
Il s’oppose à certains projets royaux dont la démolition du quartier Saint Roch en contrebas de la place Royale et l’expropriation des habitants pour la création du Mont-des-Arts.  
« Les auteurs des plans grandioses ne songent jamais aux souffrances des petits et des humbles qu’ils écrasent sous les décombres de leurs demeures, qu’abat la pioche des démolisseurs »
Le roi finit par en faire une affaire personnelle et pèse de tout son poids sur le gouvernement et sur le conseil municipal qui ne suit pas son bourgmestre. Mis en minorité, Charles Buls finit par marquer sa désapprobation en démissionnant.
Il publie différents ouvrages consacrés à l’urbanisme, « L’esthétique des villes », « La restauration des monuments anciens », «L’isolement des vieilles églises » etc. des critiques d’art, et des carnets de voyages illustrés de croquis et d'aquarelles suite à ses nombreux voyages à travers l’Europe, à Constantinople, en Égypte, au Congo et au royaume de Siam.

Deux autres monuments lui sont dédiés à Bruxelles :

Monument à Charles Buls – Grand-Place de Bruxelles

Mémorial Charles Buls et Émile De Mot

Référence source

Recherche sur le terrain

Bibliographie et liens

Nina Mertens : Charles Buls - ses papiers conservés aux archives de la Ville – Cahiers Bruxellois 1958

Numéro d'identification de la fiche : 866614dbc0c5c850

Ces fiches peuvent vous intéresser :


Autres fiches de la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

Monumen

Tombeau du Cardinal Mercier – Cathédrale St-Rombaut – Mechelen ...

Tombeau  du Cardinal Désiré-Joseph Mercier dans la cathédrale Saint-Rombaut à Mechelen (Malines).

21 novembre 2021

18 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Plaque commémorative Gaston Feremans – Mechelen (Malines)

Sur le mur de l'ancien Conservatoire de musique (actuellement hôtel) plaque en l'honneur du compositeur Gaston Feremans (1907-1964).

20 novembre 2021

20 vues au total, 0 vues aujourd'hui

 

Monumen

Plaques Tour et Tassis – Bruxelles

Deux plaques commémoratives présentant les portraits de Charles Quint et de François de Tassis placées en souvenir de l'emplacement de l’ancien Hôtel de Tour et...

5 novembre 2021

43 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Vous devez être connecté pour contacter le rédacteur de la fiche. Inscrivez-vous en cliquant sur S'enregistrer